Un auteur un livre

1 décembre 2015

Saint-Exupery

Patrick de Saint-Exupéry est le cofondateur et le rédacteur en chef de la revue XXI. Il a été grand reporter pendant vingt ans au Figaro et a reçu le prix Albert-Londres et le prix Bayeux des correspondants de guerre. Témoin du génocide tutsi, il est l’auteur de L’Inavouable, La France au Rwanda (Les Arènes), devenu un classique depuis sa parution en 2004. Dix ans après, il publie la bande dessinée La Fantaisie des dieux, Rwanda 1994 avec Hyppolite. L’apartheid en Afrique du Sud, la guerre au Libéria, le génocide des Tutsis du Rwanda, sont ses principaux sujets.

XXI (Rollin Publications) > dispos ?

logo-xxiAtypique et trimestrielle, XXI est née en 2008 de la rencontre de Laurent Beccaria, directeur des éditions Les Arènes et de Patrick de Saint-Exupéry. Elle rassemble tous les talents du reportage : des écrivains qui aiment raconter le réel, des journalistes de talent, des photoreporters de terrain et des auteurs majeurs de BD. Avec sa ligne éditoriale qui défie les lois du    marketing, 100% d’inédits et 0% de publicité, XXI se démarque aussi par son choix de distribution en librairie. La vocation de XXI ? L’impératif de raconter le monde tel qu’il est, par le biais de reportages et d’enquêtes, de récits longs. Parmi ses titres : Les terres du futur : 7 milliards d’hommes, Vies de courage, Bleu blanc noir : quand des africains prennent racine en France, Russie : le dollar et le marteau…

xxi dernier numero
« Nous sommes à contre courant de la culture zapping et de l’instantanéité qui marquent l’information d’aujourd’hui. La crise des subprime est chassée par la Birmanie, elle-même recouverte par le tremblement de terre en Chine… L’actualité ressemble de plus en plus à un  puzzle en désordre. C’est une  info désarticulée qui va trop vite, qui ne s’inscrit plus dans le réel. » Patrick de Saint-Exupéry, Assises internationales du journalisme de Lille (2008)

> empruntez les livres de Patrick de Saint-Exupery

> visiter le site de la revue

Publicités

Rencontre avec Marcus Malte

27 novembre 2015

Marcus Malte était l’invité de la bibliothèque André Malraux, vendredi 13 novembre, dans le cadre du partenariat avec le festival Noir sur la ville de Lamballe.

Marcus Malte 1Interviewé par Alain le Flohic, le président du festival, Marcus Malte a évoqué avec humour et modestie la manière dont ses personnages s’imposent à lui, son travail sur la construction du récit et sur l’écriture. Autour des romans Les Harmoniques et Carnage, constellation, il est revenu sur les questions d’identité et de mémoire ainsi que sur les traumatismes que la guerre génère sur les survivants. Plus proche du roman noir que du policier, son œuvre, portée par une écriture poétique et percutante, utilise l’enquête policière comme un ressort pour évoquer une réalité sociale perçue par ses personnages comme individualiste et déshumanisée.

Marcus Malte 2Marcus Malte nous a fait partager un beau moment de littérature et a initié une réflexion lucide sur le monde, qui entre en résonance avec les tragiques événements survenus ce soir-là à Paris.

Suite aux attentats, le festival a dû être annulé, sur décision préfectorale. Voir à ce sujet le texte d’Hervé Sard, qui regrette que ce moment de partage et de rencontres n’ait pas pu avoir lieu, car il aurait permis d’échanger sur l’actualité avec les auteurs présents. A lire aussi le texte de John Harvey partiellement traduit ici.

> Empruntez les nouvelles et romans policiers de Marcus Malte et ses livres pour la jeunesse

> visitez le site de Marcus Malte


Rencontre avec Marcus Malte

2 novembre 2015

Marcus Malte

En collaboration avec le festival Noir sur la ville de Lamballe, les bibliothèques accueillent le célèbre auteur de roman policier Marcus Malte autour de son œuvre et actualité éditoriale

Marcus Malte est né à La Seyne-sur-Mer en 1967. Il a fait des études de cinéma, a été musicien de rock, de jazz et de variétés. Puis il s’est lancé dans l’écriture. Il est l’une des figures de proue de la littérature policière française.

Lire nos coups de cœur sur ses derniers romans : Fannie et Freddie, suivi de Ceux qui construisent les bateaux ne les prennent pas et Cannisses

> empruntez ses livres !

> visitez son site !


Rencontre avec Fabienne Juhel

23 octobre 2015

Juhel 1C’est une relation au long cours qui est en train de se nouer entre le public des bibliothèques de Saint-Brieuc et Fabienne Juhel.

Après nous avoir fait le plaisir d’animer une série d’ateliers d’écriture en 2014 à la bibliothèque Albert Camus, l’écrivaine était notre invitée vendredi 16 octobre pour évoquer son dernier roman, La chaise n°14.

L’histoire s’est imposée à la relecture de OK Joe, de Louis Guilloux, avec une image : dans Saint-Brieuc tout juste libérée, on aperçoit la chaise laissée vide après qu’une femme y a été tondue en public. C’est le hors-champ de cette scène que Fabienne Juhel a voulu imaginer. Pour cela elle s’est plongée dans les documents d’archive, notamment sur ces femmes tondues et la condition des GI noirs au sein de l’armée américaine

Juhel2Un univers en apparence très éloigné de ses mondes de prédilection, à la frontière du fantastique et à la nature omniprésente. En apparence seulement parce que la poésie est toujours là, de même que certaines figures symboliques semées comme des petits cailloux par l’auteure au fil de son texte, en écho à ses précédents romans : là un renard, là un loup alpha…

En totale complicité avec le public, Fabienne Juhel a évoqué lors de cette rencontre ce qui lui tenait à cœur dans l’écriture de ce roman, mais aussi comment Louis Guilloux personnage s’est invité dans l’histoire un peu plus qu’elle ne l’avait prévu, ou encore comme il est parfois délicieux d’écrire certaines scènes, surtout lorsqu’elle laissent une place à l’optimisme et à l’humour.

(Ré)écouter l’intégralité de la rencontre :

> lire nos coups de cœur sur les romans de Fabienne Juhel : ici et

> empruntez les livres de Fabienne Juhel


Rencontre avec Fabienne Juhel

5 octobre 2015

Juhel

Pour son huitième roman, La chaise n° 14 paru au Rouergue en 2015, Fabienne Juhel explore l’âme d’une jeune femme à la Libération. L’auteur y rend également hommage à Louis Guilloux et à sa ville, Saint-Brieuc.

A la fin de la Seconde Guerre mondiale, à Saint-Brieuc, une jeune femme à la chevelure rousse flamboyante est rasée par son ami d’enfance pour avoir eu une relation avec un officier allemand. Après cette humiliation publique, elle décide de se venger. Six noms figurent sur sa liste.

Fabienne Juhel publie aux éditions du Rouergue. Originaire de Saint-Brieuc, elle est par ailleurs professeur de lettres à Quintin. Ses romans rencontrent un vif succès et sont salués par la presse.

En 2014, elle a animé des ateliers d’écriture autour de la nouvelle d’Albert Camus Noces à Tipaza à la bibliothèque de la Croix Saint-Lambert qui porte désormais le nom de l’écrivain.

> lire nos coups de cœur sur les romans de Fabienne Juhel : ici et

> empruntez les livres de Fabienne Juhel


Rencontre avec Edmond Baudoin

2 octobre 2015

Rencontre avec Baudoin

24h avec Baudoin

Jeudi 24 septembre

Il y a un an, lorsque Edmond Baudoin a accepté notre invitation nous ne pouvions pas prévoir que le film de Laetitia Carton, Edmond, un portrait de Baudoin, allait sortir quelques jours après la rencontre. Cette heureuse coïncidence nous a permis d’organiser une projection en avant première la veille, en partenariat avec le Club 6. C’est avec impatience que je découvre ce film annoncé depuis 3 ans.

Laetitia filme Edmond dans ces lieux si familiers pour ses lecteurs, ceux qui l’ont fait et qu’on retrouve dans ses bandes dessinées : saluant les gens de Villars sur Var, son village où il a passé son enfance et son adolescence, marchant sur son chemin de Saint Jean, se baignant dans sa rivière, l’Espignole…

Baudoin dessine Laeticia Carton
L’ambition de Baudoin a toujours été de dessiner la vie. Celle de Laetitia Carton est de la filmer. En cela c’est réussi : le film donne envie de dessiner, de peindre, de chanter, de danser, d’écrire… Edmond apparaît tel qu’en lui-même : singulier et attachant, drôle et émouvant, libre et vivant. Un beau portrait de l’artiste en éternel jeune homme.

Vendredi 25 septembre

Homme qui marcheArrivé tôt à la gare de Saint-Brieuc, Edmond Baudoin me demande si nous pouvons profiter du soleil pour nous promener, descendre sur le port, aller voir la mer. Une belle et agréable occasion de commencer la discussion avec celui dont les livres m’accompagnent depuis fort longtemps. En chemin, nous parlons de dessin, de création, du livre qu’il a consacré à Dali sur lequel il travaillait la dernière fois que je l’ai vu, de Giacometti dont je venais de voir l’exposition à Landerneau, de son périple aux USA cet été en compagnie de Craig Thompson, de leur première rencontre lors d’un festival où l’auteur de Blankets lui a avoué que la lecture de Piero avait été déterminante pour lui…

Retour à la bibliothèque. Il est 18h, le public commence à arriver. Un homme s’approche, visiblement ému, il dit qu’il se sert des livres de Baudoin pour aider des gens en difficulté *. Très touché, Edmond dessine son portrait sur son exemplaire des Rêveurs lunaires. Puis, hors micros, il commence à « raconter des histoires » aux personnes déjà présentes, parle de la méditerranée et des peuples qui l’entourent « qui cultivent tous l’olivier », de Nice, de sa rencontre avec Le Clézio…

« C’est commencé !? » 

18h30, les derniers lecteurs s’installent, il est temps d’ouvrir les micros.

Une belle rencontre avec un auteur inclassable, un marcheur infatigable, un voyageur insatiable, un conteur intarissable…

Écouter l’intégralité de la rencontre ci dessous (ou ici et ) :

« Merci beaucoup pour votre écoute, tellement belle »

Merci à toi Edmond et à bientôt !

Eric L.

La soirée s’est prolongée par une séance de dédicaces, lors de laquelle il a encore raconté quelques histoires. En voici quelques-unes faites ce soir là et d’autres glanées à Quai des Bulles et à Angoulême :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

* Monsieur si vous lisez ces lignes, Edmond Baudoin voudrait vous contacter, vous pouvez passer par la bibliothèque si vous voulez, nous transmettrons.

A lire et à voir aussi sur le blog :

> la bande annonce du film

> nos coups de cœur sur ses albums :
Dali ; Les enfants de Sitting Bull / Le Goût de la terre ; Les rêveurs lunaires ; Peau d’âne

> emprunter ses livres

> visiter son site

> visiter sa page facebook


Un auteur un livre

2 septembre 2015

Baudoin

Edmond baudoin filmNé à Nice en 1942, Edmond Baudoin, autodidacte venu à la BD sur le tard après un début de carrière de comptable, est un artiste accompli. Il pourrait se satisfaire de son statut de grand maître de la bande dessinée à la bibliographie considérable (plus de 50 titres parus), auréolée de nombreux prix à Angoulême. Il n’en est rien ! Artiste toujours en quête, il publie plusieurs bandes dessinées chaque année, alternant livres en noir et blanc chez les éditeurs indépendants (L’Association…) et livres en couleur chez les grands éditeurs (Dupuis, Gallimard). Auteur singulier et attachant, Edmond Baudoin possède une écriture bien à lui, où dessin et texte participent du même geste, à la manière des calligraphes. De son trait vif et spontané, exécuté au pinceau, il n’a de cesse de chercher comment représenter la vie dans ses œuvres. Ses thèmes de prédilection sont le portrait, la rencontre, l’autobiographie, le voyage… Désirant ne pas se répéter, il multiplie également les collaborations : avec Le Clézio, Frank, Jacques Lob, Fred Vargas, Tahar Ben Jelloun, L’abbé Pierre, Céline Wagner, Philippe Charton, Carol Vanni, Tanguy Dohollo, Bénédicte Heim, Ben, Troubs, Frédéric Debomy, Cédric Villani… 

La cinéaste Laetitia Carton vient de lui consacrer un long métrage, intitulé Edmond, un portrait de Baudoin. Ce film sera diffusé la veille de la rencontre jeudi 24 septembre à 20h30 au cinéma Club 6 

« Edmond Baudoin est auteur de bandes dessinées. Il signe ses livres Baudoin. Moi, je l’appelle Edmond. La matière première de ses livres, c’est lui, sa vie. Il a été l’un des premiers à introduire l’autobiographie dans la bande dessinée. À Villars, son village du Var, devant un mur de pierres, Edmond peint, il marche, il danse, il aime. »

Un autre film plus court, En chemin avec Baudoin, réalisé par Christophe Camoirano et Jacques Samson, est en montage.

> empruntez les livres d’Edmond Baudoin

> lire nos coups de cœur sur ses œuvres : Dali ; Les enfants de Sitting Bull / Le Goût de la terre ; Les rêveurs lunaires ; Peau d’âne

> visitez le site d’Edmond Baudoin

> visitez la page facebook du film