Rencontres du 3ème livre

5 novembre 2015

On les connaît peu, et pourtant ils sont parmi nous ! …

Georges-Antoine RochegrosseEn septembre a démarré un nouveau cycle de rendez-vous, les Rencontres du 3ème livre, consacrées aux collections patrimoniales de la bibliothèque. Ces visites sont l’occasion de présenter des livres anciens, des ouvrages du fonds breton, des livres d’artistes ou d’autres curiosités, en faisant la part belle à l’illustration.

Samedi 7 novembre à 11h, rendez-vous à la bibliothèque André Malraux pour une nouvelle rencontre au cours de laquelle vous pourrez découvrir quelques livres du XVIème siècle ! Le fonds ancien de la bibliothèque en compte plusieurs centaines désormais signalés sur le catalogue en ligne (voir notre article).

Au programme : gravures sur bois et reliures soignées, entre autres découvertes, avec un aperçu en images…

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Nouveau rendez-vous : Rencontres du 3ème livre

19 septembre 2015

Rencontres du 3eme livre


Journées européennes du patrimoine

5 septembre 2015

Journees-europeennes-du-patrimoine-2015

Les 32e Journées européennes du patrimoine auront lieu les 19 et 20 septembre 2015, autour du thème : Le Patrimoine du XXIe siècle, patrimoine en devenir

Les bibliothécaires vous proposent :

Présentation de la création Inventaire lacunaire issue de la résidence Conversation avec les livres anciens de l‘Atelier du bourg en 2014 et 2015

Atelier du bourg1Lorsque les jeunes graphistes de L’Atelier du bourg (Rennes) explorent les collections anciennes de la Bibliothèque, le résultat ne peut être  qu’inattendu…
Soutenu par le Conseil régional et la Direction Régionale des Affaires culturelles de Bretagne, ce projet de création sera présenté pour la première fois au public.
En savoir plus > http://www.atelierdubourg.fr/

Au programme également, une présentation de livres d’artistes et bibliophilie du XXIe siècle

La bibliothèque ouvre ses collections à la création graphique contemporaine depuis les années 1970. Pourquoi et comment les choix d’acquisitions sont-ils construits ? L’occasion de découvrir une collection méconnue, et pourtant ouverte à la consultation…

Samedi 19 septembre à 11h, 14h et 16h, Bibliothèque André Malraux

Ce même week-end sont proposées des visites commentées de la Maison Louis Guilloux Samedi 19  et dimanche 20 septembre de 13h à 17h30, en partenariat avec l’association des Amis de Louis Guilloux

> le programme complet des Journées du Patrimoine à Saint-Brieuc


Coup de coeur patrimoine

14 juillet 2015

Marignan, tout un plat !

On a beau l’avoir ressassé depuis au moins deux siècles, mais peut-être la chose est-elle passée inaperçue : en 1515, François 1er, fraichement couronné, remporta la bataille de MA-RI-GNAN!

C’était donc il y a 500 ans tout rond, et pour répondre (très modestement) aux récentes et glorieuses commémorations nationales passées et futures (si vous partez en vacances dans le Val de Loire, vous n’y échapperez pas !), voilà le beau plat historié ornant le bel ouvrage de Gustave Toudouze, illustré par le grand Robida, en 1909.

Ces plats ou cartonnages, en léger relief, sont typiques des débuts de l’ère industrielle, de la seconde moitié du 19e au début du 20e siècle, où ils étaient souvent destinés à la littérature jeunesse et aux romans d’aventure dits « populaires ». Ce qui explique qu’ils aient longtemps été dénigrés. Il s’agissait pourtant de véritables petits bijoux, techniquement très élaborés, et certains sont aujourd’hui fort rares…
En voilà un petit florilège, puisé dans les différents fonds patrimoniaux de la Bibliothèque… Juste pour le plaisir des yeux.

Pour François, on en reparle bientôt : en 2032 (500 ans du traité d’union de la France et de la Bretagne)

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Coup de coeur patrimoine

2 juillet 2015

Le Club des alliés

Assez loin du rythme effréné des nouveautés et rentrées littéraires, les collections patrimoniales attendent parfois des décennies une hypothétique mise en lumière, au gré des possibilités et d’une actualité propice… Entre le souvenir de la seconde guerre mondiale et les écoutes des services secrets américains, voilà quelques images distribuées après la Libération par les Services américains d’informations.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Il s’agit de photographies de « propagande », mettant en scène la déchéance des vaincus, et le rôle de « reconstruction » des Américains et leurs alliés. Mais certaines images surprennent, néanmoins, telle cette vue des soldats américains libérant une ville chinoise. Probablement soucieux de marquer la césure avec le joug nazi, les services américains intégraient à ces ensembles des retirages de clichés saisis en Allemagne, d’où la présence de vues de rafles des ghettos polonais, par exemple.

On ne sait pas grand chose de la provenance des images, sinon par un seul cachet au verso d’une seule photographie, signalant la propriété du « Club des alliés de Saint-Brieuc ». Une fiche prouve que ces photographies ont ensuite été déposées à Bibliothèque municipale. D’autres furent données à la Manécanterie (chorale) de Saint-Brieuc pour « distraire les enfants »!

Le fonds conservé à la Bibliothèque attendait patiemment son inventaire précis et un nettoyage adapté. C’est Maël Garandel qui s’en est chargé avec soin, leur assurant une postérité améliorée, pour faire résonner les jours de la Libération…

Arnaud.


Coup de coeur patrimoine

27 juin 2015

Oscar Wilde, Auguste Le Breton, et Locca au milieu…

Comme chaque année, la Bibliothèque sollicite l’aide de la Région Bretagne et de la Direction Régionale des Affaires Culturelles en vue d’acquérir des documents patrimoniaux en lien avec les collections existantes.

Parmi les projets soutenus en 2015, l’achat d’un livre d’artiste illustré par le Briochin Bernard Locca (1926-1997), dont on a parlé ces jours-ci du côté de Saint-Quay-Portrieux. En 1979, alors que les débats sur l’abolition de la peine de mort déchainaient les passions, B. Locca rendit un hommage sincère au magnifique texte d’Oscar Wilde, La Ballade de la geôle de Reading, plaidoyer éternel contre la peine capitale, maturé par l’auteur irlandais du fond de sa prison anglaise entre le printemps 1895 et 1897.

L’ouvrage et sa couverture gaufrée en porte de prison, les pages évoquant l’enfer de la geôle expliquent l’attrait de cet ouvrage assez rare (516 exemplaires), imprimé à Bièvres, au Moulin de Vauboyen de Pierre de Tartas, où étaient accueillis des artistes du calibre de Foujita, Jean Lurçat, Vlaminck, ou Léonor Fini… : Tartas exigeait de ses artistes qu’ils « ressentent » le texte et conçoivent le livre dans sa totalité.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Curieusement, la Ballade manquait aux collections de la Ville. Mais l’attente en valait la peine, puisque l’exemplaire acheté fut spécialement destiné au truculent Auguste Le Breton, auteur primordial de la fameuse « Série noire », et dont une partie des archives a été dispersée cette année en vente publique : par le biais d’une belle dédicace, Locca se met classiquement en scène, et place son regard dans celui du condamné… Aucun doute ne plane sur les sympathies de Locca qui, dans le Montmartre des années 1950 et au-delà, croquait avec tendresse les gamins des rues et les gens de peu. Une affinité qu’il partageait avec Louis Guilloux, et bien d’autres écrivains encore.

Voilà donc une forme « d’injustice » réparée!

Arnaud.


Lycée Renan : 50 ans de prépa littéraire

28 mars 2015

Voilà 50 ans que le grand lycée public de Saint-Brieuc propose sa classe préparatoire aux lycéens et lycéennes passionnés par les lettres : une porte largement ouverte vers les métiers de la recherche et de l’enseignement, mais aussi vers la création… Pour célébrer cet anniversaire, plusieurs « anciens » khâgneux – et pas des moindres – viendront donner de la voix dans le grand amphithéâtre Mona-Ozouf, à compter du 31 mars.

Flyer Conférence 50aire CPGE Renan 4logos

Notons que la Bibliothèque de Saint-Brieuc n’est pas étrangère à cette belle histoire. Les Commissions puis Comités consultatifs de la bibliothèque ont, surtout après la seconde guerre, toujours résonné de la voix de nombreux professeurs du lycée, membres de droit (car élus eux-même au Conseil municipal) ou désignés par les maires successifs de la Ville au titre de représentants du second degré.

Comme un hommage, la Salle d’étude Louis-Guilloux est aujourd’hui majoritairement fréquentée par des lycéennes et lycéens souvent fort studieux, où l’on devine aisément la présence discrète mais inaltérable des « Prépas » au travail…


Découverte du fonds ancien (2)

3 janvier 2015

gravure-dans-P2747-2P3525Quand on ouvre les livres anciens pour en décrire les spécificités (voir notre article), on y fait parfois de surprenantes découvertes : des morceaux de papier découpés dans d’autres documents et probablement réutilisés comme marque-page ou divers feuillets insérés  (textes manuscrits, lettres, brouillons, pages d’autres livres…).

G 202

Par exemple, nous avons trouvé le frontispice (page de titre illustrée) d’un livre sur le théâtre italien dans un code de la voirie du XIXème siècle, des sujets bien éloignés !figurine-isolee-2

Certaines trouvailles sont insolites : telle cette carte à jouer ancienne trouvée dans un ouvrage du XVIème siècle ou ces figurines découpées avec minutie dans un ouvrage datant probablement du XVIIIème siècle et retrouvées entre les pages d’un livre plus ancien !

En diaporama, un aperçu de ces documents qui étaient oubliés dans des livres depuis des décennies…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 


Découverte du fonds ancien (1)

2 décembre 2014

La bibliothèque de Saint-Brieuc conserve, au sein des collections patrimoniales, un fonds de plusieurs milliers de livres anciens, du XVIème au XIXème siècle.

P_3647 (3)Si les autres collections patrimoniales sont signalées au catalogue (manuscrits, incunables, fonds Salaün, fonds Guilloux, livres d’artistes…), cela n’est pas le cas des livres anciens qui font donc l’objet d’une rétroconversion.

Un bien grand mot mais ça veut dire quoi ? : que les livres anciens sont décrits dans un fichier papier (dans la salle Louis Guilloux), ancêtre de nos catalogues en ligne, qui est actuellement informatisé.

M_1696_Divi_Prosperi_Aquitanici..._1539Ce travail est possible grâce à l’aide de nos collègues de la bibliothèque de Rennes Métropole en charge du catalogue collectif régional de Bretagne. Ce projet rassemble au sein d’un même catalogue les fonds locaux et patrimoniaux des bibliothèques de Bretagne partenaires. Certaines notices de livres bénéficient d’un lien vers un exemplaire numérisé par une autre bibliothèque.

A ce jour les livres du XVIème siècle sont signalés dans le catalogue collectif et les ouvrages du XVIIème y entrent progressivement. Par la suite ces documents seront aussi signalés dans notre catalogue.

G_130_Paré (3)En lien avec ce travail de saisie nous ouvrons chaque livre pour en constater l’état de conservation et compléter la description. En effet certaines informations propres à l’exemplaire ne sont pas mentionnées sur les fiches papier : ex-libris ou ex-dono permettant d’identifier les anciens possesseurs des livres, notes manuscrites, reliures remarquables ou tout élément propre à chaque livre.

Ainsi, chaque exemplaire est unique en raison de ses spécificités propres qui permettent parfois de reconstituer une partie de son « histoire » (à qui le livre a appartenu, par qui il a été donné et à qui, si il a été utilisé pour étudier ou servir de support d’écriture, etc…).

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En lien avec ce travail a été entrepris un partenariat avec le collectif d’artistes l’Atelier du Bourg venu en résidence en avril dernier à la bibliothèque : retrouvez quelques photos sur leur site et à venir une poursuite de la résidence à l’école des Beaux-Arts.

D’autres articles suivront pour vous présenter certains ouvrages ainsi que quelques trouvailles étonnantes faites dans les livres…


Le patrimoine de la Grande guerre (2)

17 octobre 2014

Le journal satirique Le Rire paraît sous sa forme première en 1894

Dès sa création, la fine fleur des illustrateurs français s’y épanche sur l’actualité du temps, sur un ton volontiers moqueur, bien sûr. Mais on y trouve alors aussi des dessins plus légers, voire bon-enfant. Raison pour laquelle bien des bibliothèques publiques contractèrent un abonnement, dont celle de Saint-Brieuc, bien sûr, qui depuis conserve le titre sous la cote 365.

C’est que le ton allait changer dans la première décennie du 20ème siècle, rythmé par les incessantes crises politiques de la IIIe République (affaire Dreyfus, séparation de l’Église et de l’État, corruption…) et sur fond de tensions internationales et de montée des nationalismes.

A l’orée du premier conflit mondial, le terreau offert aux illustrateurs est particulièrement riche. Au Rire, on ne fait alors plus trop dans la dentelle… L’inanité et la corruption d’une partie des élites y est fustigée sans états d’âme, dans un déferlement qui emporte aussi bien les industriels (cibles adorées des caricaturistes, où pointent parfois des relents d’antisémitisme) mais aussi les plus pauvres (vagabonds, mendiants) et les « ruraux », coupables d’adhésion aveugle aux décisions des plus puissants.

Censure oblige (loi du 4 août 1914), l’entrée en guerre de la France oriente de force ou par défaut le regard des illustrateurs vers « l’ennemi », le journal étant désormais titré Le Rire rouge. D’un point de vue contemporain, le bon goût est souvent discutable (voyez le très fin « chameau à deux Boches » de février 1915…). La violence et la crudité des images laisse parfois pantois le lecteur contemporain. La mise en scène des violences faites aux enfants, en particulier (violences attestées mais aussi parfois inventées) ne trouvera plus vraiment d’équivalent dans le siècle à venir. Au passage, les « nantis » de l’arrière sont dès 1915 et avant Verdun fustigés sans vergogne, dessinant déjà en creux la figure héroïque du poilu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Rire a été en partie numérisé (1894-1903) par la Cité Internationale de la bande dessinée et de l’Image, qui propose en outre de nombreuses ressources sur 14-18, ici.

A noter également sur ces sujets l’excellent site de l’EIRIS (Equipe Interdisciplinaire de Recherche sur l’Image satirique), basée à l’Université de Bretagne Occidentale de Brest, ou encore le site personnel de Guillaume Doizy intitulé Caricatures&Caricature.

Arnaud.

> (re)lire notre article Le patrimoine de la Grande guerre (1)