Coup de coeur BD et musique

7 décembre 2015

California dreamin’ de Pénélope Bagieu (Gallimard) > dispo ?

AVERTISSEMENT : après la lecture de ce roman graphique vous aurez ça dans la tête pendant une bonne quinzaine de jours. Toute une époque !

bagieuVous continuez votre lecture ? Vous êtes donc victime consentante, comme je l’ai été moi-même !
Et vous avez bien raison car cet album qui raconte la jeunesse de Ellen Naomi Cohen, dite « Mama » Cass Elliot, un des membres du groupe The Mamas & the Papas, se lit d’une traite tellement son héroïne à la forte personnalité nous embarque avec elle dans sa soif de réussite en tant que chanteuse.

Un destin fabuleusement servi par Pénélope Bagieu qui a su adapter son trait et le laisser brut, donnant ainsi encore plus de sensibilité et de vie au personnage.

Camille.

Si vous ne connaissez pas ce groupe phare américain de la fin des années 60 du siècle dernier, vous pouvez vous offrir une séance de rattrapage dans vos médiathèques.

A la fin de son livre, Pénélope Bagieu, nous conseille d’écouter les titres suivants, alors détendez-vous et laissez-vous planer un instant :

Allez, et moi je rajoute ce classique :

A lire sur le blog : notre article BD et musique


Coup de coeur roman ados et musique

24 novembre 2015

Quelqu’un qu’on aime de Séverine Vidal (Sarbacane, 2015) > dispo ?

Quelqu'un qu'on aime, de Séverine VidalConnaissez-vous Pat Boone ? Ce chanteur connut ses grands succès dans les années 50. Son concurrent le plus direct : The King : Elvis Presley.
C’est sur les traces de cet ex-star du rock’n roll que partent Matt et son grand-père Gary, atteint d’Alzheimer. Un véritable road trip à l’américaine est prévu en suivant la tournée de l’année 1958 ainsi que les souvenirs de plus en plus filant de Gary. Mais avant même le départ, le duo se transforme en trio avec l’arrivée d’Amber, la fille de 18 mois de Matt puis à l’aéroport, ils se retrouvent finalement à 5, rejoints par Antonia et Luke.

Chacun des personnages fuient plus ou moins quelque chose et à eux 5, ils vont former une drôle de famille mais une famille qu’ils se sont choisis !
Les points de vue se succèdent, chacun se livrant sur ce voyage hors du temps qui les transformeront à jamais.

Un roman intergénérationnel fort, aux personnages attachants.

Gwenaëlle G.

Terminons par une petite compil de Pat Boone :


Coup de cœur musique

12 septembre 2015

L’Innocence de Kid Wise (Maximalist Records, 2015) > dispo ?

10918981_776009895821875_4118187715893989806_oJe ne suis pas douée pour parler de musique, alors si je me lance aujourd’hui c’est vraiment pour vous faire partager un véritable coup de cœur : le nouvel album de Kid Wise, L’Innoncence.

Ces six jeunes toulousains, menés par Augustin Charnet, se sont lancés dans le grand bain en 2012, les membres se définissent comme un groupe de pop progressif. Ils se sont ensuite fait remarquer par leur clip Hope, très partagé par les internautes.

Dix morceaux figurent sur cet album, dix titres qui tiennent en un seul mot mais on ne peut pas résumer leur musique en un terme unique. Alors le mieux c’est encore de les découvrir !

Gwénaëlle G.


Coup de coeur roman et musique

8 septembre 2015

« Madame rêve d’apesanteur… »

Madame rêve de Pierre Grillet (Stock, 2015) > dispo ?

Pierre-Grillet« Madame rêve, c’était quelqu’un. Fantasque, drôle, kleptomane, dépensière, égoïste, toxicomane, infidèle, belle et gracieuse. Elle passait partout et on lui passait tout. Madame rêve, c’était quelqu’un avant d’être une chanson. Je parle d’elle pour la première fois. »

Avant d’être une chanson mythique, « Madame rêve », était une personne bien réelle. Pierre Grillet, auteur-parolier s’est décidé à raconter son histoire : la sienne, mêlée à celle de cette chanson… Natasha, une femme belle, fantasque, toxico… Un amour qu’il a fuit, retrouvé pendant de nombreuses années. Cette liaison tumultueuse et passionnée, il nous la livre avec sensibilité, élégance et tendresse.

On le lit d’une traite, avec un enthousiasme mêlé de nostalgie, envoûté par la chanson de Bashung !

Cathy.


Coup de coeur cinéma et musique

6 septembre 2015

Eden de Mia Hansen-Love > dispo ?

France, 2014 / 2h

Avec Félix de Givry, Pauline Etienne, Hugo Conzelmann

edenAu début des années 90, la jeunesse française découvre la musique électronique et la culture rave. Toute une génération de passionnés s’active pour faire connaître la techno et ses différents courants : organiser des soirées, éditer des fanzines ou passer derrière les platines, puis produire sa propre musique, tout cela participe du même mouvement. Paul, DJ, fait ses premiers pas dans le milieu de la nuit parisienne et créé avec son meilleur ami un duo garage (House music vocale matinée de Soul). Rapidement, ils trouvent  leur public et jouent dans les plus grands clubs de la capitale. C’est le début pour eux d’une ascension euphorique… mais éphémère. Dix ans plus tard, le garage est passé de mode et Paul entame sa descente : à 30 ans, il se retrouve seul, endetté et revient habiter chez sa mère.

Parallèlement au parcours de Paul, on assiste à l’émergence d’un autre duo, les Daft Punk (interprétés par Vincent Lacoste et Arnaud Azoulay) qui jouent pour la première fois leur tube disco futuriste Da Funk devant leurs amis ébahis.

C’est le début d’un succès jamais démenti depuis pour les ambassadeurs de la French Touch. Apparaissant et disparaissant dans le film (et, running gag, se faisant refouler de toutes les fêtes !), leur trajectoire fulgurante et brillante est un contrepoint au dur retour à la réalité de leurs amis.

Mia Hansen-Love signe un film sans artifice, tendre et mélancolique, hommage à la French Touch et à ses activistes (dont son frère Sven, DJ et co-scénariste qui a inspiré le personnage de Paul). Bien loin du film générationnel hédoniste attendu, Eden brosse un portrait en demi teinte d’une génération de rêveurs, entre espoirs et désillusions.

Eric L.

A lire et à voir sur le sujet :

couv_le-chant-de-la-machine-bd-integrale> Le Chant de la machine, bande dessinée de David Blot et Mathias cousin (dessinateur décédé peu de temps avant sa publication auquel le film rend également hommage)

> Rêves syncopés, bande dessinée de Mathilde Ramadier et Laurent Bonneau, en collaboration avec Laurent Garnier

> Daft Punk, biographie signée Dina Santorelli et Isabelle Chellay

> French Touch, film documentaire de Philippe Levy et Alexis Bernier

> French Touch, court essai de Stéphane Jourdain

 


Coup de coeur roman et musique

27 août 2015

La divine chanson de Abdourahman A. Waberi (Zulma, 2015) > dispo ?

« Reprenons le fil des événements. je m’appelle Paris. Je ne suis pas juste un chat roux. Je suis le vieux chat du prodige Sammy Kamau-Williams, c’est son histoire que je vais vous conter si toutefois elle n’est pas encore parvenue à vos chastes oreilles. »

LaSolutionEsquimauAWSur ces mots commence La divine chanson, roman centré sur la vie du musicien et poète américain Gil Scott-Heron, disparu en 2011 à 62 ans, ici rebaptisé Sammy Kamau-Williams.

D’une manière originale c’est donc un chat qui se fait narrateur, alternant ses propres réflexions et les souvenirs de ses vies antérieures avec le récit de la vie de son dernier maître.

Dans une langue fluide, l’auteur livre ainsi un texte qui tient plus du conte que de la biographie où l’on suit « Sammy » et ses proches, de son enfance à ses derniers jours…

Un beau roman pour lequel Abdourahman A. Waberi a obtenu le prix Louis Guilloux 2015.

C’est aussi l’occasion de (re)-découvrir l’œuvre de Gil Scott-Heron, un des précurseurs du rap, à travers ses écrits et sa musique brassant soul, jazz et « spoken word » (textes scandés) depuis le succès de The revolution will not be televised à son dernier album I’m new here.

En écoute, Me and the devil, extrait de ce dernier album sorti en 2010.

Anne-Laure.


Coup de coeur musique

27 juillet 2015

« We have some… »

afficheBinic-220x307Frustrés de ne pas être (encore) en vacances ? Eh bien, pour patienter, faites le plein de décibels au Binic Folks Blues Festival ce weekend ! Trois jours de concerts gratuits au bord de la mer… Une belle programmation encore une fois à base de folk, de blues et de rock dans tous ses états avec en point d’orgue final un concert exclusif des mythiques The Sonics !

Et la participation fidèle du label rennais (et international) Beast Records et de Born Bad Records : après Cheveu l’an dernier (lire notre article), voici venir Magnetix (Avenue Z), Regal, JC Satan, Forever Pavot et Frustration !

frustration

La perspective de revoir Frustration est jouissive (programmé en même temps que JC Satan, cruel dilemme), leur concert l’an dernier à La Citrouille reste gravé dans nos mémoires. Excellent groupe de scène, le quintet parisien n’a pas de nouvel album à promouvoir (leur dernier, Uncivilized, date de 2012). Ils jouent pour le plaisir, prennent leur temps et se moquent des cadences infernales généralement imposées par l’industrie musicale (seulement deux albums et quelques ep en 13 ans d’existence) comme de la dernière mode. Dignes héritiers de Joy Division et de The Fall, leur post-punk martial mâtiné d’électro est diaboliquement efficace et intemporel.

Rendez-vous vendredi à 21h40 (scène banche) pour découvrir leurs nouveaux morceaux en attendant la sortie du nouvel album courant 2016. « Try to be Relax« , c’est bientôt les vacances !

Eric L.

P.S : pour en savoir plus sur le post-punk des origines (1978-1984), période particulièrement novatrice où le rock s’est ouvert aux musiques noires et électroniques, je vous conseille la lecture de Rip it up and start again de Simon Reynolds