Rencontre avec Thomas Bouchet

3 décembre 2015

Thomas bouchetThomas Bouchet connaît son sujet et sait le partager. C’est ce que nous avons pu découvrir vendredi 20 novembre lors de la rencontre autour de son livre Les fruits défendus. Socialisme et sensualité du XIXe siècle à nos jours, dans le cadre de notre programmation Un auteur un livre.

Sans prétendre faire le tour du sujet, Thomas Bouchet nous a invité à l’explorer et à le questionner, des origines du socialisme, avec Charles Fourier, jusqu’à aujourd’hui (dans le brouillard ?), en passant par les huitres et autres chemins de traverses. Attentif à son public, Thomas Bouchet s’est emparé avec enthousiasme des prolongements et nouvelles perspectives qui lui étaient suggérées. La rencontre, commencée par un quiz d’échauffement, s’est poursuivie dans l’échange ; on devine le bienveillant professeur d’université derrière le conférencier.

Lire notre coup de cœur sur son livre précédent : > Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours

Publicités

Un auteur un livre

1 décembre 2015

Saint-Exupery

Patrick de Saint-Exupéry est le cofondateur et le rédacteur en chef de la revue XXI. Il a été grand reporter pendant vingt ans au Figaro et a reçu le prix Albert-Londres et le prix Bayeux des correspondants de guerre. Témoin du génocide tutsi, il est l’auteur de L’Inavouable, La France au Rwanda (Les Arènes), devenu un classique depuis sa parution en 2004. Dix ans après, il publie la bande dessinée La Fantaisie des dieux, Rwanda 1994 avec Hyppolite. L’apartheid en Afrique du Sud, la guerre au Libéria, le génocide des Tutsis du Rwanda, sont ses principaux sujets.

XXI (Rollin Publications) > dispos ?

logo-xxiAtypique et trimestrielle, XXI est née en 2008 de la rencontre de Laurent Beccaria, directeur des éditions Les Arènes et de Patrick de Saint-Exupéry. Elle rassemble tous les talents du reportage : des écrivains qui aiment raconter le réel, des journalistes de talent, des photoreporters de terrain et des auteurs majeurs de BD. Avec sa ligne éditoriale qui défie les lois du    marketing, 100% d’inédits et 0% de publicité, XXI se démarque aussi par son choix de distribution en librairie. La vocation de XXI ? L’impératif de raconter le monde tel qu’il est, par le biais de reportages et d’enquêtes, de récits longs. Parmi ses titres : Les terres du futur : 7 milliards d’hommes, Vies de courage, Bleu blanc noir : quand des africains prennent racine en France, Russie : le dollar et le marteau…

xxi dernier numero
« Nous sommes à contre courant de la culture zapping et de l’instantanéité qui marquent l’information d’aujourd’hui. La crise des subprime est chassée par la Birmanie, elle-même recouverte par le tremblement de terre en Chine… L’actualité ressemble de plus en plus à un  puzzle en désordre. C’est une  info désarticulée qui va trop vite, qui ne s’inscrit plus dans le réel. » Patrick de Saint-Exupéry, Assises internationales du journalisme de Lille (2008)

> empruntez les livres de Patrick de Saint-Exupery

> visiter le site de la revue


Un auteur un livre

3 novembre 2015

bouchet

Thomas Bouchet est enseignant-chercheur en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne. Ses domaines de recherche actuels : histoire des socialismes dits « utopiques » (notamment Fourier et l’Ecole sociétaire), histoire de la violence politique et sociale (de l’insulte à l’insurrection), histoire du discours parlementaire, dialogues histoire-littérature.  Il a  publié récemment : Noms d’oiseaux. L’insulte en politique de la Restauration à nos jours (Stock, 2010) ; une édition commentée de A cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832 de Charles Jeanne (Vendémiaire, 2012).

Les Fruits défendus. Socialismes et sensualité du XIXe siècle à nos jours (Stock, 2014) > dispo ?

fruitsLa question de la sensualité met les socialismes à l’épreuve : la poser, c’est s’interroger sur les formes et les limites de l’émancipation commune. Telle est l’hypothèse inhabituelle qui sous-tend cette enquête où deux siècles d’histoire des socialismes français sont passés au crible des plaisirs des sens. Depuis les harmonies sensuelles de Fourier jusqu’au socialisme gouvernemental d’aujourd’hui, une tension joue en permanence : d’un côté, dominants, des socialismes anguleux adeptes de l’ascèse militante ; de l’autre, minoritaires, des socialismes tout en rondeurs qui intègrent la bonne chère, la fête et l’amour charnel à leurs programmes. Les Fruits défendus visite les fronts multiples du débat sur la sensualité. On y croise Proudhon et Blum, Démar et Vermeersch, Sembat, Vailland, Mitterrand et d’autres ; on y tourne les pages de L’Atelier ou de L’Humanité ; on y observe la Commune de Paris, le Front populaire ou les années 68 ; on y accompagne au fil des décennies ceux qui se régalent d’une douzaine d’huîtres ou ceux qui ferraillent contre les séductions de l’amour libre. Au final, c’est une autre histoire des socialismes qui se dessine.

> empruntez ses livres !


Un auteur un livre

6 octobre 2015

Sonnac

Professeur des universités, Nathalie Sonnac préside le département d’Information et de Communication de l’Université Panthéon-Assas, l’Institut Français de Presse depuis 2009. Elle dirige la chaire d’enseignement et de recherche Audiovisuel et Numérique lancée en janvier 2014, elle est membre du Conseil National du Numérique et administratrice de l’Institut National de l’Audiovisuel. Spécialiste de l’économie des médias, de la culture et du numérique, elle est l’auteur de nombreux ouvrages, chapitres de livres, articles scientifiques dans ce domaine. Elle analyse notamment les questions de concurrence et de régulation des marchés de contenus à l’ère numérique, étudie les questions liées aux interactions stratégiques entre les marchés et les acteurs, aux marchés multi-faces et à la financiarisation des contenus. Elle a participé à de nombreux séminaires et colloques sur ces questions.

La presse française : au défi du numérique avec Pierre Albert (La Documentation Française, 2014) > dispo ?

Au cœur de l’actualité, cette nouvelle édition, entièrement refondue, marque la volonté des auteurs de comprendre et d’analyser l’impact des transformations issues des nouvelles technologies de l’information et de la communication et du numérique sur le secteur de la presse écrite. Quel avenir possible pour les entreprises de presse dans ce nouvel environnement médiatique qui se dessine ? Quelle incidence sur le plan  démocratique ? Quel rôle possible pour l’Etat ?

D’autres ouvrages de Nathalie Sonnac sur la question du numérique : L’industrie des médias à l’ère numérique avec Jean Gabszewicz, L’économie de la presse à l’ère numérique avec Patrick Le Floch, L’auteur au temps du numérique avec Cécile Méadel.


Rencontre avec Edmond Baudoin

2 octobre 2015

Rencontre avec Baudoin

24h avec Baudoin

Jeudi 24 septembre

Il y a un an, lorsque Edmond Baudoin a accepté notre invitation nous ne pouvions pas prévoir que le film de Laetitia Carton, Edmond, un portrait de Baudoin, allait sortir quelques jours après la rencontre. Cette heureuse coïncidence nous a permis d’organiser une projection en avant première la veille, en partenariat avec le Club 6. C’est avec impatience que je découvre ce film annoncé depuis 3 ans.

Laetitia filme Edmond dans ces lieux si familiers pour ses lecteurs, ceux qui l’ont fait et qu’on retrouve dans ses bandes dessinées : saluant les gens de Villars sur Var, son village où il a passé son enfance et son adolescence, marchant sur son chemin de Saint Jean, se baignant dans sa rivière, l’Espignole…

Baudoin dessine Laeticia Carton
L’ambition de Baudoin a toujours été de dessiner la vie. Celle de Laetitia Carton est de la filmer. En cela c’est réussi : le film donne envie de dessiner, de peindre, de chanter, de danser, d’écrire… Edmond apparaît tel qu’en lui-même : singulier et attachant, drôle et émouvant, libre et vivant. Un beau portrait de l’artiste en éternel jeune homme.

Vendredi 25 septembre

Homme qui marcheArrivé tôt à la gare de Saint-Brieuc, Edmond Baudoin me demande si nous pouvons profiter du soleil pour nous promener, descendre sur le port, aller voir la mer. Une belle et agréable occasion de commencer la discussion avec celui dont les livres m’accompagnent depuis fort longtemps. En chemin, nous parlons de dessin, de création, du livre qu’il a consacré à Dali sur lequel il travaillait la dernière fois que je l’ai vu, de Giacometti dont je venais de voir l’exposition à Landerneau, de son périple aux USA cet été en compagnie de Craig Thompson, de leur première rencontre lors d’un festival où l’auteur de Blankets lui a avoué que la lecture de Piero avait été déterminante pour lui…

Retour à la bibliothèque. Il est 18h, le public commence à arriver. Un homme s’approche, visiblement ému, il dit qu’il se sert des livres de Baudoin pour aider des gens en difficulté *. Très touché, Edmond dessine son portrait sur son exemplaire des Rêveurs lunaires. Puis, hors micros, il commence à « raconter des histoires » aux personnes déjà présentes, parle de la méditerranée et des peuples qui l’entourent « qui cultivent tous l’olivier », de Nice, de sa rencontre avec Le Clézio…

« C’est commencé !? » 

18h30, les derniers lecteurs s’installent, il est temps d’ouvrir les micros.

Une belle rencontre avec un auteur inclassable, un marcheur infatigable, un voyageur insatiable, un conteur intarissable…

Écouter l’intégralité de la rencontre ci dessous (ou ici et ) :

« Merci beaucoup pour votre écoute, tellement belle »

Merci à toi Edmond et à bientôt !

Eric L.

La soirée s’est prolongée par une séance de dédicaces, lors de laquelle il a encore raconté quelques histoires. En voici quelques-unes faites ce soir là et d’autres glanées à Quai des Bulles et à Angoulême :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

* Monsieur si vous lisez ces lignes, Edmond Baudoin voudrait vous contacter, vous pouvez passer par la bibliothèque si vous voulez, nous transmettrons.

A lire et à voir aussi sur le blog :

> la bande annonce du film

> nos coups de cœur sur ses albums :
Dali ; Les enfants de Sitting Bull / Le Goût de la terre ; Les rêveurs lunaires ; Peau d’âne

> emprunter ses livres

> visiter son site

> visiter sa page facebook


Un auteur un livre

2 septembre 2015

Baudoin

Edmond baudoin filmNé à Nice en 1942, Edmond Baudoin, autodidacte venu à la BD sur le tard après un début de carrière de comptable, est un artiste accompli. Il pourrait se satisfaire de son statut de grand maître de la bande dessinée à la bibliographie considérable (plus de 50 titres parus), auréolée de nombreux prix à Angoulême. Il n’en est rien ! Artiste toujours en quête, il publie plusieurs bandes dessinées chaque année, alternant livres en noir et blanc chez les éditeurs indépendants (L’Association…) et livres en couleur chez les grands éditeurs (Dupuis, Gallimard). Auteur singulier et attachant, Edmond Baudoin possède une écriture bien à lui, où dessin et texte participent du même geste, à la manière des calligraphes. De son trait vif et spontané, exécuté au pinceau, il n’a de cesse de chercher comment représenter la vie dans ses œuvres. Ses thèmes de prédilection sont le portrait, la rencontre, l’autobiographie, le voyage… Désirant ne pas se répéter, il multiplie également les collaborations : avec Le Clézio, Frank, Jacques Lob, Fred Vargas, Tahar Ben Jelloun, L’abbé Pierre, Céline Wagner, Philippe Charton, Carol Vanni, Tanguy Dohollo, Bénédicte Heim, Ben, Troubs, Frédéric Debomy, Cédric Villani… 

La cinéaste Laetitia Carton vient de lui consacrer un long métrage, intitulé Edmond, un portrait de Baudoin. Ce film sera diffusé la veille de la rencontre jeudi 24 septembre à 20h30 au cinéma Club 6 

« Edmond Baudoin est auteur de bandes dessinées. Il signe ses livres Baudoin. Moi, je l’appelle Edmond. La matière première de ses livres, c’est lui, sa vie. Il a été l’un des premiers à introduire l’autobiographie dans la bande dessinée. À Villars, son village du Var, devant un mur de pierres, Edmond peint, il marche, il danse, il aime. »

Un autre film plus court, En chemin avec Baudoin, réalisé par Christophe Camoirano et Jacques Samson, est en montage.

> empruntez les livres d’Edmond Baudoin

> lire nos coups de cœur sur ses œuvres : Dali ; Les enfants de Sitting Bull / Le Goût de la terre ; Les rêveurs lunaires ; Peau d’âne

> visitez le site d’Edmond Baudoin

> visitez la page facebook du film


Rencontre avec Marion Richez

8 mai 2015

Marion RichezMarion Richez était l’invitée d’Un auteur un livre vendredi 24 avril à la bibliothèque André Malraux. Jeune auteur d’un premier roman, L’odeur du minotaure, Marion Richez n’est pas (encore) un auteur très connu et la rencontre a pris une tournure intimiste, propice aux échanges, pour les 30 personnes présentes.

La découverte d’un jeune auteur est toujours stimulante. Nous avions ainsi accueilli, en 2014, Cécile Coulon, pour son roman Le rire du grand blessé, et nous suivons depuis avec attention son itinéraire littéraire, que nous devinions prometteur.

Marion Richez nous a parlé avec beaucoup de fraîcheur de son rapport – charnel – à l’écriture, et de son plaisir à écrire un texte romanesque. Bien sûr, les impératifs universitaires font de sa thèse de philosophie le projet mangeur de temps de ses mois à venir, mais elle a également un projet romanesque en cours. L’écriture poétique ? Depuis peu, elle s’y essaie, dans un contexte où le temps consacré à l’écriture est contraint.

Passionnée et passionnante, Marion Richez a parcouru avec nous, le temps d’une soirée, le labyrinthe de ses influences littéraires et philosophiques, avec érudition et simplicité.

Elle vous conseille  :

L’art de la joie de Goliarda Sapienza

Les livres d’Henri Bauchau

Le symbolisme du corps humain d’Annick de Souzenelle

L’enracinement de Simone Weill

La poésie de Silvia Plath

(Ré)écoutez l’intégralité de la rencontre :


Prochain rendez-vous Un auteur un livre :
Edmond Baudoin, vendredi 25 septembre à 18h30
> lire nos coups de cœur sur ses œuvres