Coup de cœur roman ados

 Mortel Smartphone : nos p… de téléphones valent-ils un tel bain de sang ?  de Didier Daeninckx (Oslo, 2013) > dispo ?

SMARTPHONE« Dès le début de la commercialisation massive des portables, on s’était interrogé sur leur effet à long terme sur le cerveau humain, celui des enfants en premier lieu. Et j’étais frappé de constater qu’on ne parlait pas d’autres enfants, esclaves dans les mines de coltan, qui subissaient, eux, de plein fouet, certains dégâts irréversibles dus à la diffusion, par millions des portables, des smartphones et maintenant des tablettes. L’écriture de ce texte, Mortel Smartphone, c’était une manière de faire la lumière sur ces enfants invisibles, à l’autre bout du sans-fil. » D. Daeninckx

Didier Daeninckx, auteur de polars, nous livre ici son coup de gueule du moment chez l’éditeur Oslo. Et ça tombe bien puisqu’une collection a été créée spécialement pour ça : Les Romans de la colère ayant pour devise « quand un auteur se met en colère, il en fait un roman. » . Les romans sont assez courts et se présentent de la même façon : une fiction sur le thème qui révolte l’auteur puis une interview de celui-ci qui donne plus d’explications sur le sujet.

Ce que Didier Daeninckx dénonce ici ce sont les conditions d’extraction du coltan, un élément nécessaire à la fabrication des téléphones, des ordinateurs.C’est un minerai très recherché et très rare qui contient deux éléments la colombite et la tantalite. Ce dernier métal est malléable, résiste à la corrosion et conduit l’électricité en dégageant peu de chaleur.

Le personnage principal, Cherald, a 13 ans et vit au Congo. Un jour, alors qu’il se trouve à l’école, il se fait enlever avec ses camarades par une milice. Ils vont être formés pour être des soldats afin de surveiller les esclaves qui extraient dans des conditions déplorables le minerai tant convoité. Ils sont embrigadés, entraînés à tuer, Cherald voit certains de ses amis se transformer en tortionnaire alors que lui et son meilleur ami gardent toujours l’espoir de pouvoir fuir. Quand l’occasion tant attendu arrive, Cherald part avec un but : savoir pourquoi ce minerai est tant convoité et fait autant de morts. C’est ainsi qu’il se retrouve dans un avion direction Bruxelles. De là, il va remonter la filière d’utilisation du coltan.

Gwenaëlle G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :