Coup de coeur BD

La lune est blanche de Emmanuel et François Lepage (Futuropolis, 2014) > dispo ?

« L’Antarctique. Le sixième continent. 14 millions de kilomètres carrés. Un dôme de glace enchâssé dans un socle rocheux. Le continent le plus sec, le plus froid, le plus difficile d’accès. Le continent des superlatifs. Le monde des extrêmes. »

La lune est blancheEn mars 2013, Emmanuel Lepage était venu à la bibliothèque nous parler de son Voyage aux Iles de la Désolation, récit complété par l’exposition éponyme, réalisée avec son frère photographe François Lepage et la journaliste Caroline Britz (co-auteurs du livre Marion Dufresne, ravitailleur du bout du monde). A cette occasion, nous avions aussi eu la primeur d’anecdotes toutes fraiches, notre dessinateur-bourlingueur débarquant tout juste d’un second voyage en Antarctique.

A la demande de l’institut polaire (l’IPEV) et de son directeur, Yves Frenot, rencontré lors de leur voyage sur le Marion Dufresne en 2010, Emmanuel et François ont été « missionnés » pour accompagner pendant trois mois une expédition en Antarctique afin de réaliser, ensemble cette fois, un livre à deux entrées (photos et dessins), et de témoigner d’une mission polaire sur la base française antarctique Dumont d’Urville, en terre Adélie. En outre, il leur a proposé de participer, comme chauffeurs, au raid ravitaillant Concordia, distante de 1200 kilomètres. Les deux frères ne pouvaient que sauter sur une occasion qui ne se présente qu’une fois dans une vie. Ce nouveau livre, magnifique, est le récit de leur aventure, qui ne s’est pas passée tout à fait comme prévue…

La lune est blanche 2

Dès les premières pages, le lecteur frissonne avec eux… Le voyage aura-t-il bien lieu ? Même une fois embarqués sur L’Astrolabe, la tension reste palpable, les questions abondent… Rien n’est jamais sûr en Antarctique, continent hostile où la présence de l’homme est tout juste tolérée, où le climat est roi et les températures extérieures peuvent descendre jusqu’à -50°.

Les auteurs profitent de ces moments de doute et d’attente pour entrecouper leur récit par celui de la conquête du pôle sud.

Puis c’est l’arrivée tardive à DDU et enfin le Raid… Cette fois, les « frères Jacques » (surnom que leur donnent amicalement les autres chauffeurs) ne sont plus de simples observateurs…

La lune est blanche 3

Ce livre témoigne d’une belle aventure humaine, fraternelle, collective et solitaire. Sans repaire au milieu de nulle part, une vaste étendue blanche à perte de vue devant eux, ils sont seuls au volant de leurs machines pendant 12 heures par jour. Le soir venu, ils posent le pied sur un sol que nul autre n’a foulé avant eux…

On y retrouve avec plaisir, les sublimes planches d’Emmanuel Lepage à l’aquarelle ou au lavis, émaillées des photos de de François. Il est d’ailleurs troublant qu’au premier coup d’œil, on ne distingue pas toujours les dessins très réalistes des photographies très picturales.

Eric L.

> d’autres articles sur Emmanuel Lepage sur le blog

> une interview d’Emmanuel et François Lepage sur le site Bodoï

D’autres BD se passant au pôle sud à découvrir sur le blog :

> Esteban de Matthieu Bonhomme > voir l’article et (ré)écouter la rencontre

> Endurance de Pascal Bertho et Marc-Antoine Boidin > voir l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :