Coups de coeur BD et écologie

Notre sélection  thématique sur le développement durable présentée en ce moment à la bibliothèque André Malraux est l’occasion d’évoquer le thème de l’écologie dans la bande dessinée.

Bd et écologie

Les auteurs de BD sont nombreux à traiter ce thème de façons diverses et variées : certains choisissent l’anticipation pour mieux nous faire réfléchir (Hervé Bourhis avec La main verte ou Jean-Yves Duhoo avec Ecoloville) ou même la science-fiction en transposant les questions environnementales sur d’autres planètes (Léo avec Les Mondes d’Adébaran ou Cailleteau et Vatine avec Alquablue), d’autres plus proches de nos préoccupations quotidiennes choisissent l’humour et l’auto-dérision (Binet avec Les Bidochon sauvent la planète ou Cyril Pedrosa avec Auto bio) ou se servent de la BD pour prodiguer des conseils pratiques écolos (Mattt Konture avec Galopu sauve la terre). D’autres encore livrent des témoignages poignants ou des reportages documentés sur des questions fort préoccupantes (Emmanuel Lepage avec Un printemps à Tchernobyl ou Philippe Squarzoni avec Saison Brune). Les auteurs jeunesse ne sont pas en reste et ont également à cœur de sensibiliser nos chères têtes blondes à l’environnement.

> BD et écologie : une bibliographie

Autobio3

Parmi ces 39 titres et séries disponibles à la bibliothèque, si je devais ne vous en recommander qu’un, hormis Un printemps à Tchernobyl, déjà présenté en ces pages (voir ici), ce serait le suscité Saison Brune de Philippe Squarzoni > dispo ?

Un essai sur le réchauffement climatique en BD ?!

saison-bruneÉté 2006. Philippe Squarzoni finalise son album politique Dol, mais il lui reste un passage à traiter, celui de l’écologie.
Il avoue humblement ne pas savoir exactement de quoi il parle lorsqu’il évoque le réchauffement climatique, l’effet de serre… Désirant maîtriser son sujet et parler en détail du changement climatique, il s’interroge, s’informe. Rapidement, il sent que l’ampleur du sujet, sensible et complexe, va nécessiter un nouveau livre.

Après six ans de recherches, il nous livre le résultat passionnant de son enquête basée sur ses lectures et de nombreux entretiens avec des spécialistes. A la lecture de cette somme, qui a le mérite de remettre à jour nos connaissances sur le sujet, le constat est alarmant. Car pour les scientifiques interrogés, il n’est plus question de l’hypothèse du réchauffement climatique mais du nombre d’années qui nous séparent de l’état d’urgence. Dès lors, comment minimiser les dégâts, individuellement et surtout collectivement ? Jamais moralisateur, Philippe Squarzoni n’hésite pas à se mettre en scène dans sa vie quotidienne et l’on suit son cheminement intellectuel et ses remises en questions. Constamment dans le dialogue, avec sa compagne, avec le lecteur, il nous laisse libre de nous faire une opinion et d’en tirer nos propres conclusions.

Un essai didactique, politique et engagé à la lecture duquel on ne sort pas indemne.

Eric L.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :